Patrimoine agricole

Archives mai 2010 – Echo du Parc Naturel Régional des Bauges
Dossier de Une réalisé par Nathalie Baldji

La pomme, patrimoine culturel vivant des Bauges

Pommes, pêches, poires et patrimoine

Le Parc des Bauges, depuis 1999, s’est penché sur la préservation du patrimoine fruitier du territoire.
Cela a donné lieu depuis, à de nombreuses actions concrètes sur le terrain :

journées pomologiques, stages de taille et de greffe, étude économique de la filière, valorisation des paysages spécifiques, de l’histoire locale et des savoirs-faire, opération
« Plantons le paysage » (avec, depuis 2007, plus de 2 200 arbres de variétés anciennes ou locales vendus), ateliers pédagogiques, études scientifiques etc.

Pourquoi préserver les vergers des Bauges?

 

Jadis, une source économique
En 2005, Olivier Pasquet,
architecte géographe, réalisait une étude très complète intitulée
« Diagnostique sur l’importance des vergers dans le Parc Naturel régional du Massif des Bauges ». Il ressortait de cette étude qu’autrefois les arbres fruitiers occupaient une place économique importante en Bauges. Le commerce de la pomme était rémunérateur et la production fruitière donnait lieu aussi à la fabrication de produits tels que le cidre. Il publiait en janvier 2010, un rapport intitulé
« L’arboriculture fruitière savoyarde entre France et Piémont du XVIIIe siècle à nos jours » permettant d’avoir une approche inédite du sujet. Il ressort que le commerce de la pomme était aussi un domaine de coopération transfrontalière et que pour les Bauges il s’agissait d’une activité rémunératrice.

Pomme et coopération transfrontalière
Par exemple, Martin Burdin pépiniériste né vers 1743, à Saint Eusèbe (vers Rumilly), étendit son entreprise jusqu’en Italie amenant du même coup là bas les espèces fruitières des Bauges, qui aujourd’hui se retrouvent encore de part et d’autre de la frontière entre Savoie et Piémont. Mais dans les années 60, la pomme américaine (Golden) arrivant sur le marché a été produite de façon intensive dans le Sud de la France annonçant le déclin de la pomme des Bauges.

94 variétés de pommes répertoriées

Du déclin à la renaissance
Récemment, l’inventaire variétal mis en œuvre sur le territoire, a permis de recenser 94 variétés de pommes et 36 de poires.
1 387 hectares de vergers ont été cartographiés : pré vergers, verger haute tige traditionnel ou de production, verger demi tige, basse tige ou pâlissé et vergers spécialisés ont été repérés.
30% des vergers représentent un intérêt à la fois paysager et variétal (avec des variétés intéressantes adaptées et rustiques) ainsi qu’historique (en tant que témoignage vivant de l’histoire de l’arboriculture locale).
40% des vergers sont d’un intérêt paysager remarquable (ambiance d’un site, qualité du cadre de vie etc.).
6% des vergers sont à restaurer suite à un manque d’entretien, d’un abandon.
Outre ces aspects, les vergers contribuent à la biodiversité qui fait la richesse du territoire. La perte du savoir faire, de l’intérêt économique, de la vocation agricole, et le développement de l’urbanisme sont des causes majeures de la déchéance des vergers en Bauges. Préserver les vergers, leur redonner un élan présente de nombreux intérêts, notamment écologique (biodiversité et maintien d’éco systèmes spécifiques), économique (des produits du terroirs et une filière de produits transformés de qualité en circuits courts, des terres auxquelles l’on redonne une valeur ajoutée), touristique (paysages typiques), pédagogique, scientifique (conservatoire) etc.
Programme Interreg IV ALCOTRA
« Vergers, Biodiversité et Jeunes Consommateurs» :
Un formidable outil

Le programme Interreg Alcotra 2007-2013, de 4eme génération, est un programme de coopération transfrontalière entre la France et l’Italie doté de contributions FEDER (Fonds Européens de Développement Régional). Il se caractérise par l’impulsion de nouvelles stratégies territoriales en mettant en œuvre des projets simples et pertinents à l’échelle de ces territoires. Son objectif général: « Améliorer la qualité de la vie des populations et encourager le développement durable des systèmes économiques et territoriaux transfrontaliers grâce à la coopération dans le domaine social, économique, environnemental et culturel ».
Parmi les projets inscrits dans ce programme, figure celui dans lequel le Parc Naturel Régional du Massif des Bauges s’est impliqué : « Vergers, Biodiversité et Jeunes Consommateurs ».
Il représente un budget de 184 682 € pour le Parc (prise en charge à 52% par le FEDER/15% par la Région Rhône-Alpes/6,5% par le Conseil général Haute Savoie/6% par le conseil général Savoie/ 20% en autofinancement).
Ce programme a pour objectif, sur 2 ans, la mise en valeur des anciennes variétés fruitières alpines de part et d’autre de la frontière. Autant dire qu’il s’agit là d’un outils permettant au Parc de donner un coup d’accélérateur sur les initiatives mises en place en matière de préservation et de valorisation des arbres fruitiers. Il lui permet d’aller encore plus loin dans sa démarche.

Piémont et Savoie unis
Partant du constat de similitudes entre Savoie et Piémont en ce qui concerne les variétés de fruits, des échanges entre les deux territoires ne peuvent qu’enrichir chacun de part et d’autre. 5 partenaires italiens et 2 français (la commune de Bourg St Maurice et le PNR des Bauges) se rencontrent, comparent des idées des problématiques, et avancent via ce programme, qui passe par la définition et la promotion de produits innovants à base de fruits et la sensibilisation du jeune public. Les 7 partenaires portent ce programme de développement et d’innovation en économie rurale selon 6 axes de travail :
-la recherche (enquête, étude scientifique, réalisation d’un film, création de vergers conservatoires etc)
-la production (atelier mobile, organisation de collecte de fruits, réalisation de prototypes de produits transformés etc)
-la valorisation de la biodiversité (restauration des vergers anciens, création de conservatoires)
-la formation (grand public, jeunes, initiation et formation professionnelle)
-la communication (en passant par des supports papiers, colloque, expo etc)
-la gestion coordination.
Ce programme qui s’achèvera à l’automne 2010 en est donc à un stade très avancé, de nombreuses actions ayant pu aboutir sur le terrain. Le programme a pour objet de valoriser le patrimoine fruitier en encourageant son entretien, la plantation d’arbres, en donnant accès à tous au savoir faire et en redonnant de l’intérêt économique à la filière. Il s’agit par la même de promouvoir la biodiversité en remettant au goût du jour des espèces traditionnelles, des anciens fruits qui ont été oubliés, d’impliquer les jeunes consommateurs et producteurs ; et de décliner des produits issus de la production fruitière (valorisation de ces jus de fruits bio à travers la marque Parc et création de nouveaux produits).
Interdisciplinaire
Anne Franceschi, Vice présidente du Parc Naturel Régional du Massif des Bauges et présidente de la Commission Culturelle Rurale, porte parole d’une commission active.
L’élue Haut savoyarde a pu se rendre en Italie avec Silvia Ala, chargée de mission patrimoine culturel du Parc. Celle-ci s’étonne encore du succès immense de «Plantons le paysage», du bonheur des gens à découvrir les gestes d’antan, les saveurs, mais aussi de voir se rassembler autour de ce projet les apiculteurs, agriculteurs, particuliers, pépiniéristes, 24 arboriculteurs, associations, passionnés, scientifiques, écoliers et autres gourmands de tous âges et de toutes générations. De plus, « les italiens ont des idées très novatrices autour du goût à nous faire partager» précise Mme Franceschi.

Vergers adaptés, bon sens retrouvé

Variétés anciennes remises au goût du jour

« Ces pommes n’ont besoin d’aucun traitement puisqu’elles sont adaptées au territoire », un plus pour la valorisation des produits et la mise en avant de leurs qualités selon elle. « Certaines initiatives à l’échelle des collectivités ont fleuries ces dernières années afin de prendre en compte les vergers. Certaines communes comme Saint-Jorioz, ont prévu un zonage spécifique pour les vergers dans leur PLU (Plan Local d’urbanisme), d’autres mettent en place des formules incitatives en offrant un arbre fruitier aux propriétaires de nouvelles constructions. Il faut inciter les gens à entretenir les arbres, à faire quelque chose de leurs pommes. Ainsi l’on fait vivre l’histoire. Les ateliers greffe/taille sont comme de la haute couture en arboriculture ici. On propose du « sur mesure » au niveau des greffes. Les gens les attendent avec impatience, comme des trésors. La livraison des arbres donne lieu à des scènes très émouvantes. Les pré vergers sont des paysages très originaux et la biodiversité y est riche à tel point que la 1ere année du concours des prairies fleuries c’est une prairie à pommiers qui avait été primée ». Ravie également de voir les perspectives de création d’activités économiques de proximité se développer, la présidente de la Commission Culturelle Rurale du Parc, qui au fil des états des lieux et actions autour des bâtiments n’a pas voulu laisser les vieux arbres à l’abandon, se réjouit aujourd’hui du chemin parcouru: « C’est léger mais pas anodin » explique encore Mme Franceschi faisant allusion à toutes les applications et actions concrètes sur le terrain pouvant servir d’exemple désormais.

Zoom sur les actions….

Pur jus

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ateliers mobiles et jus de fruits pour tous : pédagogie, gourmandise et éducation à l’environnement
Découvrir et redécouvrir de nouvelles saveurs, des goûts différents. Fabriquer son propre jus de façon ludique pour toute la famille. Donner du sens à la cueillette. 5 500 litres de jus pasteurisés ont été produits grâce à l’atelier mobile nouvellement acquis par le Parc l’an dernier. 38 classes issues de 16 écoles (soit 875 élèves) ont appris à presser leur jus de pommes grâce au petit atelier pédagogique qui a circulé dans les écoles à l’automne dernier. Il est aussi possible en octobre-novembre, d’apporter ses fruits (pommes, poires, coings …) à l’atelier mobile. Il est mis à disposition du public.

Formation

ISETA en Haute Savoie

Création d’une formation spécifique Médiateur Fruitier (gratuite et qualifiante) : un succès.
Pour que l’entretien des vergers disséminés sur tout le territoire puissent s’inscrire dans la durée, une formation nouvelle a été créée au lycée agricole de Poisy sous l’intitulé «Médiateur Fruitier».
Rémy Bazeau, président des Croqueurs de pommes de Haute Savoie intervient en tant que formateur. Elle consiste en 12 jours de formation répartis sur une année entre théorie et pratique, cette formation est qualifiante, un document en attestant étant remis aux stagiaires. Ce qui permet au final de valoriser ce savoir faire au cœur d’une activité professionnelle éventuelle (création d’activité). L’an dernier cette formation a pu donner la possibilité à 30 stagiaires de se former.
Initiation à la taille, greffe et entretien les arbres fruitiers, des stages pour tous qui attirent jeunes et anciens. Conseils de base pour vos arbres fruitiers :
Selon Georges Dubois, président de l’association « Croësons et Carmaniules » qui intervient au sein du Parc lors des ateliers d’initiation à la taille et greffe, « Il faut faire avant tout rentrer le soleil et l’air dans l’arbre », ce qui signifie couper les bois morts, éliminer les branches qui se gênent entre elles « mais ne jamais enlever plus d’1/3 du bois vivant ».
Mme Rosette Vallat, présidente des «Croqueurs de Pommes», partenaire très impliqué dans ce programme à différents niveaux, explique que lorsque l’on veut planter un nouvel arbre « il faut choisir une variété adaptée au sol, à l’altitude, à l’exposition et au climat », sachant que la meilleure saison est l’automne et rappelant qu’en matière de taille « il ne faut pas faire du beau propre, mais pratiquer une taille douce, respectant la silhouette de l’arbre ». Cette dernière conseille fortement la lecture du «Manuel de taille douce. Arbres fruitier et d’ornement» d’Alain Pontoppidan (éditions Terre Vivante). Au-delà des ateliers d’initiation à la taille et greffe, organisés régulièrement, le Parc met à disposition de chacun une fiche «conseils» concernant la plantation et entretien des arbres fruitiers.

Le Parc ne s’arrêtera pas là
A cuire, à cidre, à croquer… précoces, tardives … Pommes Reinettes, Jacques Lebel, à Raymond, à Marius, Croizon, Rose ou Rouge, groin de veau… Poires Carmaniule, Maude, Loup, Boisson…
Si le programme Interreg ALCOTRA prend fin en automne 2010, les vergers ne seront plus abandonnés. La mission du Parc ayant été d’impulser toute cette dynamique afin de la rendre pérenne en passant par l’autonomisation des dispositifs, le Parc poursuivra sa mission en matière d’information et sensibilisation du public, notamment à travers des actions telles que « Plantons le Paysage » avec des arbres fruitiers et des haies paysagères ou à travers l’utilisation des ateliers mobiles. Et au-delà de la pomme et de la poire, ce sont aussi les prunes, les châtaignes et bien d’autres fruits qui se remettent ainsi au goût du jour.

Lexique pomologique :

Pomologie: du latin Pomus = fruit. Est une branche de l’arboriculture spécialisée dans l’étude, la description, identification et classification des fruits.
Pré-verger: appelé aussi verger haute-tige ou écoverger, est un type de verger très particulier qui associe l’arbre fruitier à la prairie. Ainsi une double activité est possible sur un même terrain agricole. Contrairement aux vergers intensifs, le pré-verger comprend généralement moins de 100 arbres à l’hectare. Les arbres fruitiers à haute tige impliquent une récolte plus fastidieuse.

Un article de Nathalie Baldji

Suivez-moi sur Instagram et Twitter

à lire aussi :
Circuit court en mode Drive
L’été dans les vignobles
Travaux des champs
Qualité vs quantité : le choix d’un agriculteur
L’alpage de la cluse
Les prairies fleuries

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s