Concours des prairies fleuries

Archives – Agriculture
(Le Dauphiné Libéré Savoie – 18 juillet 2009- avril 2010 -mai 2011 )           

Un concours national
qui vient des Bauges

Le 1er Concours National des Prairies Fleuries  a été lancé à Paris, le 3 mars 2010 dans le cadre de « 2010, année Internationale de la Biodiversité » en présence de de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture et de la Pêche et de Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie.
Philippe Mestelan (chargé de mission agri environnement), en charge du concours au sein du Parc Naturel Régional du massif des Bauges, était très impliqué au sein de la  délégation du Parc Des Bauges présente à Paris.
Le PNR des Bauges compte parmi les 13 parc Régionaux et 5 parcs Nationaux à participer. Plus encore, c’est même le Parc des Bauges qui est à l’origine de la création de ce concours.
Le premier concours des prairies fleuries ayant eu lieu en 2007 en Savoie, afin d’appuyer la mesure Agri environnementale d’alors, dans le cadre de la Politique Agricole Commune.
Une nouvelle mesure agri environnementale dans le cadre du Plan de Développement Rural Hexagonal va voir le jour et ce 1er concours National va permettre de l’appuyer, mettant en lumière l’importance de favoriser la biodiversité et la gestion durable des prairies de fauche et de pâture.
Ce concours a aussi pour effet de montrer à l’opinion publique que agriculteur ne rime pas toujours avec pollueur et que le goût du miel et  des fromages en dépend directement.
Les enjeux, à l’échelle européenne, sont de permettre la préservation des sols, de toute la flore et faune qui en découlent, la filtration des eaux, le maintien d’une agriculture dans des zones défavorisées, mais aussi de stopper l’érosion de la biodiversité, tout en luttant contre l’effet de serre (réchauffement climatique) et les incendies par un meilleur entretien des parcelles.
Selon Jean Louis Joseph, président de la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France « Pour la première fois en France, des prix récompenseront les agriculteurs qui relèvent le défi du maintien de la richesse en espèces de leur prairies (…) Ce concours entend montrer que production et biodiversité peuvent se rejoindre ».

Repères:

Une prairie Fleurie : Est une prairie de fauche, de pâturage, sèche ou humide ou même une pelouse. Elle est riche en espèces végétales et animales. Elle comptera au moins 4 des espèces bio indicatrices répertoriées parmi les 28 sélectionnées pour leur intérêt agronomique, écologique, mellifère et fromager.

Mesure «Prairie Fleurie» : Est une mesure Agro Environnementale territoriale inscrite dans le cadre du Plan de Développement Rural Hexagonal qui subventionne les agriculteurs qui s’engagent par contrat à maintenir leur prairie dans un état de biodiversité répondant aux critères fixés. 89 € par hectare et par an leur est alors versé (financement européen à 55%).

En Savoie : 2 000 hectares sont engagés dans le cadre de cette mesure (soit 160 agriculteurs), sur un potentiel de 6 500 hectares (hors alpages).

Camille Boisset,
Animatrice apiculture chargée du concours prairies fleuries à l’échelle régionale aux côtés de Philippe Mestelan (chargé de mission agri environnement).

Interview

Parution Dauphiné Libéré Savoie avril 2010

 

 

 

 

Comment se déroule le concours en Savoie ?

L’objectif est vraiment de favoriser les échanges entre les agriculteurs et apiculteurs, deux mondes qui ne se côtoient plus beaucoup mais qui ont pourtant des intérêts communs. Au final la qualité des produits et leur valorisation (miel, fromage) étant un des enjeux commun.

Camille Boisset

 

 

Quels sont les critères ?

Les agriculteurs ayant une parcelle d’au moins 1 hectare, peuvent la présenter à ce jeu concours. Il faut pour cela que la parcelle concernée soit bien l’objet d’une intervention de l’homme, tous les détails de son entretien et de son histoire auront de l’importance. On veut primer surtout l’équilibre agri écologique et donc l’implication de l’homme dans la gestion de sa prairie. Pour rentrer dans le cadre «prairie fleurie» il faut que dans la parcelle soient présentes au moins 4 des espèces indicatrices répertoriées par le Parc, qui sont faciles à identifier et qui ne sont pas rares.
Ce qui implique une bonne gestion de la parcelle depuis de nombreuses années : ni coupes intensives, ni fertilisation trop importante. Il est très vite fait de faire disparaître une prairie fleurie, mais pour la refaire apparaître, il faut plus de 10 ans. Une très bonne prairie fleurie peut contenir 70 espèces de plantes différentes.

Que gagnent
les meilleurs ?
Les deux meilleurs sont sélectionnés pour le concours national. Plusieurs prix régionaux sont décernés: un prix en catégorie pâture, deux prix pour les prairies de fauche (maigre et riche) et un prix pour les prairies mellifère. Le Jury, composé de naturalistes, apiculteur, agronome, notamment, se réserve la possibilité, si cela est pertinent, de rajouter un prix de la bio diversité remarquable ou autres prix spéciaux par exemple. Une plaque d’excellence Agricole est remise au gagnant, preuve d’une reconnaissance en plus de cadeaux sous forme de matériel notamment.  Au-delà de ce concours, certains vont y trouver de l’assurance pour s’engager dans la mesure (si ça n’est pas déjà le cas) « Prairie Fleurie », une des rares à responsabiliser le professionnel et à lui imposer une obligation de résultat plutôt que de moyen.

Pour Yves Paccalet, ce concours « est le symbole de la reconquête de la noblesse du métier de paysan »

3 Questions à Yves Paccalet

Président du Jury du Concours
des Prairies Fleuries 2010 dans les Bauges. 

Que représente pour vous la présidence de ce concours ?

-Ce n’est pas une fonction, c’est un plaisir ! La biodiversité est essentielle – au moins autant que l’équilibre des climats ou la lutte contre les pollutions – à la continuation de la vie de l’homme sur la planète. L’idée des « prairies fleuries » est superbe – et directement connectée à ce constat :  la variété des fleurs, c’est non seulement la variété végétale, mais celle des insectes (papillons, abeilles, coléoptères…) et de myriades de petits animaux, dont les plus grands dépendent (les reptiles, les oiseaux, les mammifères, etc.) ; et c’est la garantie, à travers une bonne agriculture et un élevage sain, de produits alimentaires de qualité ! »

 

 

Comment remplissez-vous le rôle de jury ?

– Avec beaucoup de plaisir donc car cette initiative est la meilleure que l’on pouvait prendre puisqu’en montagne la biodiversité est formidable. Les critères de sélection sont sévèrement établis par les scientifiques, en fonction du nombre d’espèces végétales recensées sur les parcelles, de leur rareté, etc. Je ne vais pas prétendre en savoir davantage que les botanistes ! Mais l’harmonie des écosystèmes, leur apparence, leur valeur quasiment artistique, me toucheront beaucoup. Nous sommes dans l’année de la Biodiversité.

Au-delà du symbole quelle est l’utilité concrète de ce concours selon vous ?

-Cette 4e édition est déjà une généralisation. L’enthousiasme des paysans des Bauges fait plaisir à voir, et l’idée des prairies fleuries est en train de gagner d’autres parcs naturels, en France comme à l’étranger. Nous entrons dans une très belle phase de l’agriculture montagnarde. J’espère qu’en plaine aussi, où les dégâts de la monoculture, des excès d’engrais et de pesticides sont préoccupants, les paysans s’y mettront à leur tour. L’exemplarité de ce concours peut faire prendre conscience du besoin impératif de protéger même les espèces méprisées qui sont pourtant  essentielles. Cela contribue à l’équilibre du grand édifice de la vie dont on dépend aussi. Biodiversité et productivité peuvent coexister dans la durée avec valorisation de produits de qualité et respect de la nature. Au final tout le monde y gagne.

Le Dauphiné Libéré 2011
Le Dauphiné Libéré – mai 2011

Un article de Nathalie Baldji

Suivez-moi sur Instagram et Twitter

à lire aussi :
Circuit court en mode Drive
L’été dans les vignobles
Travaux des champs
Qualité vs quantité : le choix d’un agriculteur
L’alpage de la cluse

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s