L’Alpage de la Cluse

Archives – Agriculture  (Le Dauphiné Libéré 31 août 2009)
Savoie – Agriculture

Cap sur la Tome des Bauges

Très accessible
Depuis Aix les Bains, il suffit de prendre la route qui monte au Revard pour rencontrer sur la gauche le chemin qui mène jusqu’à l’Alpage de la Cluse, à seulement quelques dizaines de mètres de là.
Il est occupé par Laurence et Yves Perrin, récemment rejoint sur l’exploitation par leur fils Damien (22 ans).

L’art du fromage de qualité
Médaille d’or Paris 2009 au concours Général Agricole pour leur fromage, ils mixent les races montbéliarde et abondance. Si leur ferme est installée au Montcel, un village un peu plus bas dans la périphérie aixoise, ils sont en alpage à la Cluse chaque été du 1er juin au 15 septembre environ. Ils y fabriquent sur place la Tome des Bauges AOC que l’on peut acheter directement.

 Modernisation incontournable
« Nous allons bientôt attaquer de gros travaux pour moderniser les installations » explique Yves, gérant depuis 1975, l’alpage appartenant à la CALB (Communauté d’Agglomération du Lac du Bourget).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il en sera bientôt terminé des 7 postes de traite à trayeuses mobiles. Pour l’été prochain, ce sera 12 postes et une belle salle de traite moderne qui permettra de faciliter grandement la tâche à chacun, s’agissant de traire deux fois par jour environ 65 vaches.
La fabrication du fromage, qui par ailleurs demande du temps, du soin de l’attention au quotidien en sera la première bénéficiaire.

Beaucoup de soin, beaucoup de soi
Tous les 3 jours chaque fromage doit être frotté (tous les 2 jours pour la Tome). Il faut les retourner régulièrement et vérifier constamment la température des caves, sans oublier de lancer chaque jour de nouveaux fromages. 70 heures par semaine, une disponibilité 24 h sur 24 h, il faut une grande part de vocation et une grosse dose de passion pour choisir ce métier.
« Mais quelle satisfaction de voir sa production appréciée des clients et les étales se vider sur les marchés » explique encore Yves Perrin.

Un article de Nathalie Baldji

à lire aussi :
Circuit court en mode Drive
L’été dans les vignobles
Travaux des champs
Qualité vs quantité : le choix d’un agriculteur

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s